Le trouble de la personnalité borderline

Jeune femme débordée par ses émotions. Elle souffre d'une grande instabilité émotionnelle, un des symptôme de la personnalité borderline

Le trouble de la personnalité borderline touche environ 2% de la population en France (10% pour les divers troubles de la personnalité). Le trouble débute généralement à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte.

La personnalité s’exprime par la façon de réagir aux situations dans lesquelles nous nous trouvons. Ainsi, notre manière d’être se construit de façon précoce, dans les interactions avec l’environnement, les proches, mais aussi, en fonction de notre tempérament (la part biologique de nous-même).

Les traits de personnalité sont notre façon de penser, de réagir, de percevoir les autres et ce qui nous arrive. Ces traits sont généralement assez stables dans le temps.

Toutefois, certaines caractéristiques de la personnalité, sont parfois plus rigides, et peuvent perturber la qualité de notre relation aux autres. Les relations sociales et professionnelles sont alors difficiles, conflictuelles.

Le trouble de la personnalité borderline

Ce trouble de la personnalité borderline se développe à partir d’une sensibilité spécifique qui se manifeste à 3 niveaux:

  • Une hyperréactivité aux stimulations de l’environnement, ce qui entraine des réactions parfois disproportionnées
  • Une intensité de la réaction émotionnelle, ce qui donne naissance à des émotions souvent très/trop fortes
  • Une lenteur de l’apaisement de cet état émotionnel intense. Ainsi, la personne va rester dans cet état émotionnel fort, plus longtemps que la plupart des gens

C’est pourquoi, une personne souffrant d’un trouble de la personnalité borderline, a tendance à sur-réagir dans certaines situations.

Les relations affectives, amoureuses, les relations au travail sont souvent difficiles à gérer.

Les situations générant du stress sont également difficiles à appréhender. Comme par exemple, le stress lié au travail, passer des examens… etc.

Pour tenter de trouver de l’apaisement, une personne souffrant d’un trouble de la personnalité borderline, a tendance à avoir une consommation abusive d’alcool et/ou autres produits.

C’est pourquoi, des problématiques addictives sont fréquentes chez les personnes présentant ce type de trouble.

Ce mode de réactions intenses, entraine une souffrance importante, une dévalorisation de soi et souvent, des relations avec les autres qui sont difficiles voire explosives.

Cette souffrance est telle, que le risque suicidaire est important. 60 à 70% des personnes souffrant d’un trouble de la personnalité borderline font des tentatives de suicide.

Les autres troubles de la personnalité

Les troubles de la personnalité:

  • narcissique
  • dépendante
  • histrionique
  • évitante
  • obsessionnelle-compulsive
  • paranoïaque
  • schizotypique
  • schizoïde
  • antisocial

Quel type de thérapie est adapté pour la prise en charge de ses troubles?

La thérapie des schémas est adaptée pour le traitement des troubles de la personnalité. D’ailleurs, elle a été développée par Jeffrey Young pour traiter ce type de difficultés. En effet, les thérapies comportementales et cognitives (TCC) se sont révélées, à elles seules, insuffisantes pour la prise en charges de ces troubles.

Par ailleurs, la thérapie EMDR peut également être adéquate pour dépasser les traumatismes souvent présents dans la vie des personnes souffrant d’un trouble de la personnalité, notamment borderline.

L’anxiété et les troubles anxieux

Femme angoissée sur un quai de métro. Crise d'angoisse, attaque de panique

L’anxiété et les troubles anxieux sont fréquents: 3 à 5% de la population française souffre de troubles anxieux.

L’anxiété est un état émotionnel traduisant une inquiétude, une peur, qui correspond à un anticipation d’un danger ou d’un problème à venir. Bien que son ressenti soit désagréable (peur, inquiétude, stress) cette émotion est normale. Elle est d’ailleurs inhérente à la vie.

Toutefois, parfois cette émotion s’avère disproportionnée et envahissante. Elle se cristallise alors en un trouble. On parle alors de trouble anxieux. Il y a un continuum de la simple inquiétude à l’angoisse.

L’anxiété est une émotion souvent ressentie comme désagréable. Elle correspond à l’attente plus ou moins consciente d’un danger, ou d’un problème à venir.

A quoi sert l’anxiété?

Comme toute les émotions, elle est utile. Et ce, malgré son ressenti désagréable. Elle nous alerte sur les situations à risques et sur les dangers. En effet, il est tout à fait normal de ressentir de l’anxiété lorsque l’on décide de quitter son emploi, par exemple.

le souci, l’inquiétude, l’anxiété sont des alertes qui nous permettent de limiter les prises de risques.

  • Trop peu d’anxiété, nous amènerait à prendre trop de risque. Ce qui pourrait nous mettre en danger.
  • Trop d’anxiété nous inhibe et nous épuise.

Quels sont les principaux troubles anxieux?

  • Attaques de panique/trouble panique, crise d’angoisse
  • Agoraphobie
  • TOC (trouble obsessionnel compulsif)
  • TAG (trouble anxieux généralisé), « maladie du soucis »
  • Phobies
  • Phobie sociale
  • Etat de stress post-traumatique (traumatisme)

Comment traiter l’anxiété et les troubles anxieux?

Pour traiter l’anxiété et les troubles anxieux, une prise en charge médicamenteuse peut s’avérer nécessaire, pour calmer les manifestations somatiques. Cela dépend de l’intensité de ces dernières.

Pour traiter ces différents troubles liés à l’anxiété, les thérapies comportementales et cognitives sont particulièrement recommandées, du moins en première intention.

L’anxiété excessive résulte d’une anticipation exagérée du futur. En effet, les personnes qui « vivent » dans le futur sont anxieuses. Se projeter dans le futur est en général une façon d’essayer d’anticiper les difficultés. Or, il n’est pas possible de contrôler des événements futurs, qui par définition n’existent pas encore. cette tentative de contrôle qui échoue, génère de l’anxiété.

Les thérapies comportementales et cognitives

Avec les TCC, les pensées automatiques dysfonctionnelles, les croyances erronées vont être travaillées. L’intensité de l’émotion va diminuer grâce à l’exposition progressive à ce qui génère cette anxiété. Des comportements nouveaux, adaptés, vont être développés.

Les thérapies comportementales et cognitives reposent sur le postulat que l’anxiété (ou le trouble anxieux) est la conséquence de pensées automatiques dysfonctionnelles, de croyances négatives et de comportements inadaptés.

Le thérapeute va donc aider le patient à travailler sur ses pensées et fausse croyances. L’exposition progressive à la situation anxiogène entrainera progressivement une habituation à cet état émotionnel puis, une extinction de cette anxiété dysfonctionnelle. Enfin, patient et thérapeute travailleront à la mise en place de nouveaux comportements, plus adaptés.

La thérapie EMDR

L’anxiété et les troubles anxieux peuvent être concomitants à un événement particulier comme par exemple un accident, une agression…

En thérapie EMDR, les croyances ne sont pas considérées comme étant la cause du trouble, mais comme les conséquences, les symptômes.

L’expérience de cet événement très anxiogène a été si dérangeante que le traitement de l’information a été perturbé. Les informations n’ont pas été retraitées adéquatement et constituent donc des réseaux de mémoire dysfonctionnels.

La thérapie EMDR va permettre de travailler sur ces réseaux de mémoire dysfonctionnels. Les informations vont progressivement pouvoir être retraitées et donc rangées dans les souvenirs. Les souvenirs aussi pénibles soient-ils, ne génèrent pas d’émotion forte, ni de sensation physique.

La thérapie des schémas

 Ici, l’anxiété n’est plus réactionnelle à des situations difficiles, mais elle devient un trait de caractère (ou un trait de personnalité). C’est à dire que l’anxiété est un façon d’être. Par exemple, ce sont des personnes qui prévoient toujours le pire, ou des personnes qui sont dans l’anticipation constante et qui pensent:  » que va-t-il se passer ensuite?… »

Il n’y a pas ici de situation particulière qui déclenche l’anxiété, c’est davantage comme une façon d’être. Ces personnes ont un schéma de peur (schéma de Danger/Vulnérabilité).

Femme très anxieuse, soulise à un stress, un sentiment d'étrangeté et une sensation de vertige

Le traumatisme ou ESPT

Représentation d'une personne qui souffre de traumatisme. Des idées noires encombrent son psychisme

Le traumatisme ou état de stress post-traumatique résulte de situations ou d’événements que notre psychisme ne peut intégrer (« digérer »).

En effet, certains événements de vie, peuvent avoir un impact traumatique et engendrer des symptômes très invalidants.

Plus l’événement est soudain, menaçant, violent, inimaginable, impensable, plus le risque est important que notre psychisme soit « débordé ».

Après un choc très intense (agression, attentat, prise d’otage, harcèlement, violence, maltraitance, catastrophe naturelle, incendie, etc.), il est normal de développer des symptômes particuliers. Cependant, la violence et le caractère impensable de l’événement ne sont pas des caractéristiques toujours présentes. Il arrive que certains événements, en apparence anodins, puissent avoir un impact traumatique.

Notre psychisme a des capacités d’auto-guérison, comme notre corps d’ailleurs. La plus part du temps, le psychisme parvient à intégrer, à « digérer » la situation difficile avec le temps. Toutefois, il arrive que ces capacités soient débordées, et les éléments de la situation difficile ne sont alors pas traités (donc pas rangés). Ceci explique qu’une personne qui souffre de traumatisme, revit les événements comme s’ils avaient eu lieu la veille.

Quels sont les symptômes du traumatisme ?

Femme très anxieuse, soulise à un stress, un sentiment d'étrangeté et une sensation de vertige
  • Des flashs de l’événement (sous forme visuelle ou auditives)
  • De l’anxiété
  • La dépression
  • Une hypersensibilité à tout ce qui se passe
  • De la peur
  • De l’irritabilité
  • Des troubles du sommeil (difficultés à s’endormir, ou réveils nocturnes)
  • Des cauchemars
  • Le sentiment d’être différent
  • Le sentiment que personne ne peut comprendre
  • Etc.

Ces manifestations sont tout à fait normales, compte-tenu du contexte, qui lui, est anormal.

Le psychisme et le corps tentent de s’adapter. Avec le temps, ces symptômes s’estompent petit à petit.

Toutefois, parfois le psychisme ne parvient pas à réguler, à « digérer » et les symptômes s’inscrivent dans le temps. On parle alors d’ESPT (Etat de Stress Post-Traumatique) ou traumatisme au sens psychologique.

Malheureusement, passé quelques semaines ou quelques mois, ces symptômes ne disparaitront plus. Consulter un thérapeute spécialisé sera nécessaire pour traiter le traumatisme.

Quel type de thérapie est adapté ?

D’après les spécialistes 20 à 40% des personnes ayant vécu des événements « hors du commun » vont développer un ESPT. Une aide psychologique adaptée va être alors indispensable.

La thérapie EMDR est particulièrement recommandée par l’OMS (organisation Mondiale de la Santé) et l’HAS (Haute Autorité de Santé en France) pour traiter les traumatismes.

La maltraitance physique et/ou psychologique dans le couple, dans l’enfance, au travail… peuvent également avoir un impact traumatique.

L’EMDR est une psychothérapie adaptée pour traiter tous les types de traumatismes (récent ou ancien).

Sculpure en hommage aux victimes des attentats de Paris et Saint-Denis le 13/11/2015
Bouquet de Tulipes. Jeff KOONS

Les douleurs chroniques

Migraines chroniques, céphalées de tension

Les douleurs chroniques, plus de 12 millions de personnes en souffrent en France, selon la SFETD (Société Française d’Etude et de Traitement de la douleur).

Elles peuvent être liées à de nombreuses pathologies comme la polyarthrite rhumatoïde, la fibromyalgie, l’endométriose, la sclérose en plaque, le cancer etc. Elles peuvent aussi être liées aux effets des traitements ou aux suites d’une opération.

La prise en charge des douleurs chroniques est complexe. En effet, les douleurs chroniques sont multifactorielles et les manifestations variables d’une personne à l’autre.

Le ressenti de la douleur est subjectif, c’est-à-dire qu’il est propre à chacun. Toutefois, ce ressenti varie avec le stress, les représentations que nous nous faisons de la douleur et/ou de la maladie.

Quel est l’intérêt de consulter un psychologue pour le traitement de la douleur chronique?

Etant donné que la douleur varie en fonction des représentations que nous nous en faisons, un travail sur la façon dont nous voyons et pensons nos douleurs est primordial.

Plus nous nous focalisons sur la douleur, plus nous avons mal. Plus nous ruminons les conséquences négatives de la douleur, plus nous avons mal.

De plus, le stress est une composante essentielle de la douleur. Il réactive la douleur et/ou l’amplifie.

Vous aider à gérer le stress fait partie des missions du psychologue

En effet, le psychologue vous aidera en vous initiant à des techniques efficaces de gestion du stress.

Les techniques efficaces de gestion du stress

  • La relaxation
  • La cohérence cardiaque
  • La méditation de pleine conscience

La prise en charge psychologique va permettre de diminuer les effets psychiques des douleurs chroniques

 Les effets psychiques de la douleur sont:

En effet, avoir mal tous les jours, parfois de façon continuelle, épuise nos ressources mentales, nous « mine le moral ». Les ruminations mentales autour de la douleur, de la maladie vont peu à peu s’accentuer et devenir envahissantes.

La prise en charge psychologique permet de travailler sur l’origine de la douleur, lorsque celle-ci est psychosomatique

Certaines douleurs dont l’origine reste inexpliquée par la médecine, peuvent-être une manifestation somatique d’une souffrance psychique non prise en compte.

Lorsque le psychisme ne parvient pas/plus à élaborer nos difficultés, c’est alors le corps qui met en scène ce qui n’est pas traité. La maladie ou les douleurs apparaissent alors.

L’intérêt de consulter un psychologue est alors d’apprendre à lâcher-prise. Lorsque nous nous focalisons sur un problème, une douleur, nous accentuons le ressenti que nous avons de cette douleur. Autrement dit, nous avons encore plus mal, la douleur finit par prendre toute la place.

Parfois, la douleur est inévitable, lorsqu’elle est liée à une maladie, ou un traitement par exemple. Toutefois, notre regard sur cette douleur peut évoluer et faire que la douleur même si elle persiste, n’est plus ressentie de la même façon.

Quelles sont les thérapies adaptées à la prise en charge de la douleur ?

La thérapie basée sur la pleine conscience

La pratique de la pleine conscience va permettre d’améliorer les capacités d’attention, de diminuer les ruminations autour de la douleur, de diminuer les douleurs chroniques, la tension artérielle, d’élever les défenses immunitaires…

Les ruminations et les anticipations ne font qu’amplifier les douleurs. En méditant on empêche notre psychisme de se focaliser sur les douleurs.

 De plus, s’entrainer à ressentir son corps, en pratiquant le scan-corporel par exemple, va permettre d’arrêter de se focaliser sur la zone douloureuse. Ce faisant la perception de la douleur va se modifier. Comment ? Par la respiration : en l’observant. De plus la respiration abdominale actionne le système parasympathique, ce qui a un effet relaxant.

La thérapie EMDR

La thérapie EMDR est également une thérapie adaptée à la prise en charge de la douleur. En effet, des protocoles spécifiques à la prise en charge de la douleur ont été développés afin de s’adapter à cette problématique particulière.

Les troubles bipolaires

Stress d'une femme souffrant d'un trouble bipolaire

Les troubles bipolaires, c’est quoi au juste ?

Les troubles bipolaires auparavant appelés psychose-maniaco-dépressive touchent 1 à 3% de la population. Et représente la 6è cause de handicap en France. Ils font partie des troubles de l’humeur.  Il s’agit d’une maladie chronique dont la régulation de l’humeur est défaillante, d’où des phases de décompensation.

15% des personnes non traitées vont décéder par suicide, tant la souffrance est importante. Il faut être attentif car le risque suicidaire est majoré en période de crise aigue.

La diminution du temps de sommeil est l’un des symptômes majeur du trouble bipolaire

Les différents troubles de l’humeur :

  • Dépression
  • Cyclothymie
  • Trouble bipolaire de type 1
  • Trouble bipolaire de type 2

Les troubles bipolaires correspondent à un trouble récurrent de l’humeur, où des phases « d’excitation » (manie ou hypomanie) alternent avec des baisses importantes de l’humeur (dépression). De plus, le ressenti des émotions est exacerbé dans certaines situations, c’est-à-dire que la personne va ressentir les émotions plus fortement que la plupart des gens. 

En phase d’excitation la pensée s’accélère, ce qui donne un sentiment de toute puissance et d’invulnérabilité.

Ces phases peuvent basculer de l’une à l’autre plus ou moins rapidement et sont entrecoupées de périodes de « rémission », elles aussi plus ou moins longues. Ceci explique en partie les erreurs de diagnostic. En effet, suivant la phase durant laquelle le patient consulte, le trouble bipolaire est souvent confondu avec une dépression.

Or, il s’agit ici d’une maladie chronique, qui nécessite un traitement médicamenteux adapté (à base de lithium le plus souvent), différent de celui de la dépression (antidépresseurs).

Les troubles bipolaires peuvent prendre plusieurs formes

  • La cyclothymie
  • Le trouble bipolaire de type 1
  • Le trouble bipolaire de type 2

La cyclothymie

La cyclothymie se caractérise par des changements d’humeur incontrôlables, d’une intensité importante ainsi qu’une grande sensibilité aux émotions. Ces changements d’humeur oscillent entre la dépression et l’hypomanie (sur des périodes courtes). Ces changements d’humeur intenses sont difficiles à vivre et peuvent contribuer à l’émergence d’autres difficultés. Par exemple, des troubles anxieux, de fortes alcoolisations, un manque de confiance en soi, de la dépendance effective peuvent se surajouter.

Le trouble bipolaire de type 1

Le trouble bipolaire de type 1 (psychose-maniaco-dépressive d’autrefois) touche environ 1% de la population. Cette forme du trouble bipolaire se caractérise par des phases de dépression intenses qui alternent avec des phases dites maniaques. Parfois ces phases sont entrecoupées de période sans trouble de l’humeur.

50% de ces personnes présente des éléments psychotiques, des éléments délirants dans les périodes de crise.

Le trouble bipolaire de type 2

Le trouble bipolaire de type 2, présente les mêmes phases avec une intensité moindre. Les phases « hautes » ne sont plus maniaques mais hypomaniaques.

Cela signifie que les états d’excitation sont moins sévères. Il s’agit là d’une  hyperactivité, qui correspond à une exaltation émotionnelle ainsi qu’un grand sentiment d’énergie.

La dépression des phases « basses » est moins intense. La durée des phases et plus courtes et la personne n’est pas complétement déconnectée de la réalité (ce qui peut être le cas dans le type 1).

Il s’agit ici de troubles chroniques qui nécessitent une prise en charge médicamenteuse adaptée et un suivi psychologique.

Quels sont les moyens de prise en charge adaptés pour les troubles bipolaires ?

La prise en charge par un psychiatre est indispensable

Il s’agit ici d’une maladie chronique qui va nécessiter un traitement médicamenteux bien adapté. En phase aiguë l’hospitalisation est parfois nécessaire.

En effet, le risque suicidaire est important chez les personnes souffrant d’un trouble bipolaire.

Les médicaments thymorégulateurs (régulateurs de l’humeur) permettent de réduire la fréquence, l’intensité et la durée des épisodes et d’améliorer également la qualité de vie. Le plus souvent ces traitements sont à base de lithium.

Que va apporter le suivi psychologique ?

Dans un premier temps l’accompagnement psychologique va permettre de faire un travail de psychoéducation.  Le patient a besoin de connaître et de comprendre sa maladie pour apprendre à vivre avec et en souffrir moins.

Il va ainsi apprendre à reconnaître les changements de phases et à en diminuer l’intensité.

Dans un second temps, la thérapie permettra de restaurer l’estime de soi, d’améliorer la confiance en soi et de travailler sur les croyances profondes que la personne a développé sur elle même, le monde et les  autres.

Le but étant que la personne atteinte d’un trouble bipolaire apprenne à mieux gérer les crises ainsi que les relations avec  les autres..

Pourquoi la thérapie comportementale et cognitive  est adaptée?

Les thérapies comportementales et cognitives vont permettre:

  • un travail de psychoéducation sur la maladie
  • la prévention des phases dépressives (en travaillant sur les pensées négatives et dévalorisantes)
  • un travail sur l’anxiété
  • la restauration de l’estime de soi et de la confiance en soi
  • l’amélioration de la communication
  • une simplification des relations

La dépression

Femme en dépression. Perdue dans ses pensées et à l'humeur triste. Dévalorisation de soi

La dépression fait partie des troubles les plus fréquents.

D’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), d’ici 2020, la dépression deviendra la 2ème cause d’invalidité dans le monde.

La dépression est un trouble de l’humeur qui touche 3 millions de personnes en France. C’est-à-dire que statistiquement 1/5 personne fera un épisode dépressif au cours de sa vie.

La dépression affecte l’humeur, les pensées, le comportement et aussi le corps.

Qu’est-ce que c’est au juste ?

Cette maladie se caractérise par une grande tristesse, un manque de motivation, un ralentissement psychique.

Des troubles du sommeil y sont associés : des réveils nocturnes avec incapacité de se rendormir, ou à l’inverse une hypersomnie (la personne se réfugie dans le sommeil).

Le comportement alimentaire est souvent perturbé également. La personne a du mal à manger, ou à l’inverse, elle mange davantage et grignote beaucoup.

On constate une baisse du désir et notamment du désir sexuel.

Les fonctions cognitives sont également impactées : difficultés à prendre des décisions, oublis, manque d’attention…

Dévalorisation de soi, la personne atteinte de dépression a l’impression de ne pas/plus avoir de valeur. Elle aura alors des pensées négatives sur elle-même, comme par exemple :

« De toute façon, je suis nulle », « Je ne vaux rien », « Je n’y arriverai pas », « Je ne suis pas intéressante »…

Le corps est lui aussi souvent impacté. Le mal de dos, les maux de tête, les maux de ventre … peuvent être des symptômes associés à une dépression.

Toutefois, le terme de dépression est parfois utilisé à tort, pour désigner un état que nous connaissons tous et qui n’a rien de pathologique: la déprime.

Dépression et déprime, comment faire la différence ?

La déprime se caractérise par une humeur basse, un manque de motivation, une perte d’enthousiasme, consécutive à un événement particulier, une déception.

Il s’agit ici d’une baisse de l’humeur temporaire, qui va se réguler spontanément. En effet, les variations de l’humeur sont normales au cours d’une journée, au cours d’une semaine.

Cependant, quand ces variations sont fréquentes sans raison apparente, il peut être intéressant de faire le point avec un professionnel.

Les critères diagnostics de la dépression (DSM-V) :

La dépression répond à des critères diagnostics précis. Ces critères sont définis par le DSM-V, qui stipule qu’au moins 5 des critères suivant doivent être présents, sur une période consécutive d’au moins 2 semaines.

  • 1. Une humeur triste une grande partie de la journée
  • 2. Baisse de l’intérêt ou du plaisir pour les activités précédemment investies
  • 3. Perte ou augmentation du poids, perte ou augmentation de l’appétit
  • 4. Insomnie ou hypersomnie
  • 5. Agitation ou ralentissement psychomoteur
  • 6. Fatigue intense ou perte d’énergie
  • 7. Sentiment de dévalorisation, culpabilité
  • 8. Ralentissement psychique (difficulté à penser, à prendre des décisions…)
  • 9. Pensées de mort récurrentes, idées suicidaires

Quand et pourquoi consulter?

A partir du moment où vous avez la sensation de ne pas vous en sortir seul, cela signifie que vous avez besoin d’une aide extérieure. Lorsque la souffrance est importante, cela signifie également que vos stratégies pour aller bien sont épuisées ou inefficaces dans cette situation. Il est nécessaire d’apprendre de nouvelles stratégies et c’est le rôle du thérapeute de vous y aider.

La dépression est une maladie, cela signifie que cela se soigne, au même titre qu’un ulcère à l’estomac par exemple. Une dépression non soignée aura tendance à se chroniciser.

Qui consulter?

Plusieurs options s’offrent à vous. La voie médicamenteuse et/ou la voie thérapeutique. Cela peut être un choix si l’intensité de la dépression n’est pas trop forte.

Si l’intensité de la dépression est forte, il pourra être nécessaire de suivre un traitement antidépresseur. Le spécialiste en l’occurrence est le psychiatre. Il sera à même de faire un diagnostic et de vous prescrire un traitement antidépresseur adapté (les antidépresseurs sont nombreux, il faut trouver le bon).

Toutefois, il est important de souligner que le traitement médicamenteux ne traite pas les causes de la dépression.

Le psychologue lui vous aidera à comprendre le ou les mécanismes qui ont conduit à la dépression. Et surtout il vous apprendra de nouvelles stratégies pour faire face aux difficultés.

Quelles sont les thérapies adaptées?

Les thérapies comportementales et cognitives

L’EMDR

La thérapie des schémas

La thérapie basée sur la pleine conscience