Statut de Bouddha en position de méditation. Musée Guimet

La thérapie basée sur la pleine conscience

La thérapie basée sur la pleine conscience repose sur une forme de méditation laïque.

Approche basée sur la gestion des émotions

L’objectif est de développer une plus grande flexibilité de réactions par rapport aux événements extérieurs, mais aussi, aux événements intérieurs (c’est à dire nos pensées, émotions, sensations corporelles). En effet, nous avons tous des automatismes, des pensées automatiques qui déclenchent des émotions et des réactions qui souvent sont erronées, dysfonctionnelles.

Par exemple: vous croisez votre patron dans les couloirs de l’entreprise, il ne vous dit pas bonjour… Vous en déduisez qu’il est contrarié contre vous et qu’il veut vous virer…

La pratique de la pleine conscience aide à vivre les choses avec plus de distance, à être moins impacté. Et donc à pouvoir penser par exemple: « Il ne m’a pas dit bonjour, ce n’est pas agréable, je ne sais pas ce qui s’est passé. »

La thérapie basée sur la pleine conscience permet de:

  • Développer les capacités d’attention
  • Une meilleure gestion des émotions et donc du stress
  • L’acceptation de ce qui est et que l’on ne peut changer
  • La flexibilité cognitive
  • De travailler la prévention des rechutes dépressives

Les indications de la thérapie basée sur la pleine conscience:

L’apprentissage de la méditation de pleine conscience est une étape importante dans ce type de thérapie et nécessite un entrainement quotidien. Cette étape repose sur la pratique de séances de méditations guidées, d’exercices corporels et d’explications.

Ainsi, dans un second temps, cette pratique de la méditation de pleine conscience, va permettre de vivre autrement ses propres difficultés, de s’exposer à sa douleur (douleur d’être soi, douleur liée au travail, douleur liée au fait d’être célibataire etc.) Le fait de s’exposer à la douleur va permettre de la vivre autrement.

Statut de Bouddha en position de méditation. Musée Guimet
Statut de Bouddha en position de méditation. Musée Guimet

Les douleurs chroniques

Les douleurs chroniques, plus de 12 millions de personnes en souffrent en France, selon la SFETD (Société Française d’Etude et de Traitement de la douleur).

Elles peuvent être liées à de nombreuses pathologies comme la polyarthrite rhumatoïde, la fibromyalgie, l’endométriose, la sclérose en plaque, le cancer etc. Elles peuvent aussi être liées aux effets des traitements ou aux suites d’une opération.

La prise en charge des douleurs chroniques est complexe. En effet, les douleurs chroniques sont multifactorielles et les manifestations variables d’une personne à l’autre.

Le ressenti de la douleur est subjectif, c’est-à-dire qu’il est propre à chacun. Toutefois, ce ressenti varie avec le stress, les représentations que nous nous faisons de la douleur et/ou de la maladie.

Quel est l’intérêt de consulter un psychologue pour le traitement de la douleur chronique?

Etant donné que la douleur varie en fonction des représentations que nous nous en faisons, un travail sur la façon dont nous voyons et pensons nos douleurs est primordial.

Plus nous nous focalisons sur la douleur, plus nous avons mal. Plus nous ruminons les conséquences négatives de la douleur, plus nous avons mal.

De plus, le stress est une composante essentielle de la douleur. Il réactive la douleur et/ou l’amplifie.

Vous aider à gérer le stress fait partie des missions du psychologue

En effet, le psychologue vous aidera en vous initiant à des techniques efficaces de gestion du stress.

Les techniques efficaces de gestion du stress

  • La relaxation
  • La cohérence cardiaque
  • La méditation de pleine conscience

La prise en charge psychologique va permettre de diminuer les effets psychiques des douleurs chroniques

 Les effets psychiques de la douleur sont:

En effet, avoir mal tous les jours, parfois de façon continuelle, épuise nos ressources mentales, nous « mine le moral ». Les ruminations mentales autour de la douleur, de la maladie vont peu à peu s’accentuer et devenir envahissantes.

La prise en charge psychologique permet de travailler sur l’origine de la douleur, lorsque celle-ci est psychosomatique

Certaines douleurs dont l’origine reste inexpliquée par la médecine, peuvent-être une manifestation somatique d’une souffrance psychique non prise en compte.

Lorsque le psychisme ne parvient pas/plus à élaborer nos difficultés, c’est alors le corps qui met en scène ce qui n’est pas traité. La maladie ou les douleurs apparaissent alors.

L’intérêt de consulter un psychologue est alors d’apprendre à lâcher-prise. Lorsque nous nous focalisons sur un problème, une douleur, nous accentuons le ressenti que nous avons de cette douleur. Autrement dit, nous avons encore plus mal, la douleur finit par prendre toute la place.

Parfois, la douleur est inévitable, lorsqu’elle est liée à une maladie, ou un traitement par exemple. Toutefois, notre regard sur cette douleur peut évoluer et faire que la douleur même si elle persiste, n’est plus ressentie de la même façon.

Quelles sont les thérapies adaptées à la prise en charge de la douleur ?

La thérapie basée sur la pleine conscience

La pratique de la pleine conscience va permettre d’améliorer les capacités d’attention, de diminuer les ruminations autour de la douleur, de diminuer les douleurs chroniques, la tension artérielle, d’élever les défenses immunitaires…

Les ruminations et les anticipations ne font qu’amplifier les douleurs. En méditant on empêche notre psychisme de se focaliser sur les douleurs.

 De plus, s’entrainer à ressentir son corps, en pratiquant le scan-corporel par exemple, va permettre d’arrêter de se focaliser sur la zone douloureuse. Ce faisant la perception de la douleur va se modifier. Comment ? Par la respiration : en l’observant. De plus la respiration abdominale actionne le système parasympathique, ce qui a un effet relaxant.

La thérapie EMDR

La thérapie EMDR est également une thérapie adaptée à la prise en charge de la douleur. En effet, des protocoles spécifiques à la prise en charge de la douleur ont été développés afin de s’adapter à cette problématique particulière.