Les choses à savoir quand on décide de consulter un "psy"

Conseils pour choisir son « psy »

Il est difficile de s'y retrouver quand on veut consulter un "psy"

Choisir son « psy » lorsque l’on souhaite consulter est une des premières difficultés. Bien choisir son « psy » peut être difficile car il existe différents types de « psy », et plus de 400 thérapies différentes en France.

Avoir besoin de conseils pour s’y retrouver est donc tout à fait normal, tant la diversité des possibilités est vaste.

Conseil n°1 pour choisir son « psy »: Faire le point sur les différences entre les « psy »

La description des différences entre les professionnels ci-dessous, vous aidera à vous y retrouver

Le psychiatre

Le psychiatre est un médecin. Il a donc fait des études de médecine et a choisi ensuite, de se spécialiser en psychiatrie. Il est à même de poser un diagnostic et de prescrire un traitement médicamenteux. Etant donné qu’il est médecin, il y a une prise en charge des consultation par la Sécurité Sociale.

Certains psychiatres se sont formé à la psychothérapie après leurs études de médecine et sont donc à même, de proposer un travail de thérapie (mais ce n’est pas une généralité).

Le psychologue

Un psychologue lui, a suivi des études universitaires concernant les lois du fonctionnement humain et divers domaines de la psychologie. Pour obtenir le diplôme de psychologue, 5 années d’études sont nécessaires et validées par un Master 2 de psychologie (ou un DESS).

Le psychologue n’est pas médecin, donc il ,e prescrit pas de médicaments et les consultations ne sont pas prises en charge par la Sécurité Sociale (mais parfois par certaines mutuelles).

L’usage du titre de psychologue est protégé et réglementé par la loi (loi 85-772 du 25/07/1985). Tout psychologue doit faire enregistrer ses diplômes et s’inscrire au répertoire ADELI. On lui délivre alors un numéro ADELI.

La plupart des psychologues exerçant en libéral sont psychologues cliniciens. C’est à dire qu’ils ont suivi un parcours universitaire en psychologie clinique (d’autres champs existent, comme la psychologie du travail par exemple).

Le psychothérapeute

Le titre de psychothérapeute est protégé par une loi, depuis 2004. Il est désormais réservé aux médecins ou aux psychologues ayant suivis une formation à la psychothérapie (et ayant validé un certain nombre d’heures de stage).

Le psychopraticien

Un psychopraticien n’est ni médecin ni psychologue. Il est formé à une ou plusieurs thérapies ne nécessitant pas le titre de psychologue, ni de médecin.

C’est un titre non protégé par la loi, donc non réglementé.

Le psychanalyste

Un psychanalyste peut être médecin ou psychologue, ou pas.

Sa formation repose sur un travail d’analyse personnelle. C’est à dire que la personne apprend son métier en suivant elle-même une analyse, en tant que patient. Ce travail d’analyse personnelle s’accompagne généralement d’une formation plus théorique, sous forme de séminaires et de supervisions, dispensés par des sociétés psychanalytiques reconnues.

Conseil n°2 pour choisir son « psy »: Connaître les caractéristiques des principaux courants psychothérapeutiques

Il existe plus de 400 thérapies différentes en France. Donc il est important de connaître les caractéristiques des principaux courants de la psychothérapie. De plus, certaines approches sont recommandées par l’OMS(Organisation Mondiale de la Santé) et l’HAS (Haute Autorité de Santé, en France), dans la prise en charge de certains troubles.

Il est donc indispensable de vous renseigner sur le type de thérapie pratiqué par le professionnel que vous envisagez de consulter. La plupart des professionnel dispose d’un site Web, et parfois d’une Page Facebook ou autre, qu’il est toujours instructif de consulter. Cela vous donnera également des informations sur la personnalité de ce professionnel, en fonction des informations qu’il a choisi de mettre à disposition du public.

La psychanalyse et les thérapies dites « psychodynamiques »

Le patient est invité à s’allonger sur un divan (psychanalyse) et à aborder le sujet qu’il souhaite, sur le principe de la libre association. L’analyste intervient très peu. Lorsqu’il le fait, c’est en général sous la forme d’interprétations. La thérapie analytique se centre sur la prise en compte de l’Inconscient et de ses manifestations. On s’intéresse donc aux conflits psychiques, aux pulsions, mais aussi aux rêves, aux lapsus …

Les thérapies psychodynamiques proposent elles, un cadre de travail plus souple. Le professionnel intervient davantage pour guider le patient dans sa réflexion. Le patient n’est pas forcément allongé sur un divan, cela peut se faire en « face à face ».

Si je suis quelqu’un qui a du mal à parler, à mettre des mots sur les problèmes, je vais vite me sentir en difficultés dans ce type d’approche, où le thérapeute va très peu intervenir. Je vais parfois être confronté au silence. Si je suis quelqu’un qui a besoin d’être aidé (à l’aide de questions par exemple) je ne vais pas choisir ce type de thérapie, où je vais vite me sentir confronté à moi-même et seul.

A l’inverse, si je verbalise facilement, si je ne redoute pas le silence, si je souhaite avoir un espace pour réfléchir sur moi, je peux aller vers ce type de thérapie qui va me proposer un espace de liberté pour penser.

L’objectif ici est de comprendre:

  • pourquoi nous en sommes où nous en sommes
  • qui l’on est, pourquoi on fonctionne de cette façon
  • l’incidence de notre histoire familiale, dans nos choix, notre fonctionnement, nos difficultés…

Les indications de la thérapie analytique

Ce type de thérapie est indiqué pour progresser dans la connaissance de soi. C’est également une façon d’explorer la psyché, ce qui est une démarche très intéressante pour les « jeunes psys » par exemple.

Les Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC)

Les thérapies comportementales et cognitives sont interactives. En effet ici, nous sommes dans une approche collaborative. Les interactions avec le thérapeute sont donc nombreuses. Le thérapeute aide le patient à mettre des mots sur ce qu’il vit, ressent et pense. De plus, la psychoéducation est importante dans les TCC. Le thérapeute explique les processus psychologiques, donne des définitions concernant le problème que je rencontre dans ma vie.

Nous établissons ensemble des objectifs de travail et la façon de les atteindre. Le travail est progressif et souvent je dois réaliser des exercices entre les séances pour m’entrainer à ce qui m’a été montré en séance.

Donc, si j’ai des difficultés à parler, le thérapeute me soutiendra en me posant des questions et en m’expliquant les mécanismes en jeu.

Ici, l’objectif est d’apprendre à fonctionner autrement, à dépasser ses difficultés, à développer de nouvelles habiletés.

Vous pouvez trouver des informations sur le site de référence: l’AFTCC

Les TCC sont recommandées dans le traitement de:

  • La dépression
  • Les troubles anxieux (crise d’angoisse, attaque de panique, agoraphobie, TAG, doutes etc.)
  • Les phobies, la phobie sociale (timidité, peur des autres)
  • Le stress
  • La souffrance au travail, burn-out
  • Les difficultés sexuelles

Toutefois, parfois les TCC atteignent leurs limites dans le traitement de la personnalité par exemple.

La thérapie des schémas

La thérapie des schémas est une thérapie émotionnelle. Elle repose sur les mêmes principes que les TCC. Elle permet de travailler sur des blessures profondes de l’enfance, sur la répétition des scénarios de vie. Le thérapeute est très présent, il explique, guide, soutient et participe au reparentage partiel du patient.

Indications de la thérapie des schémas

  • Les troubles de la personnalité
  • La dépression « chronique »: rechutes dépressives à répétition
  • L’anxiété
  • Les blessures de l’enfance
  • La répétitions de certains scénorios de vie, erreurs ou choix
  • Les difficultés relationnelles

L’EMDR

La thérapie EMDR permet de travailler sur des traumatismes, des blocages, des difficultés que l’on ne parvient pas à dépasser. Ce type de thérapie est émotionnel. C’est-à-dire qu’au cours de la thérapie notre ressenti va changer. L’objectif ici, n’est pas tant d’analyser ce qui se passe, que de se libérer de ses souffrances, se libérer du poids de son passé parfois.

L’association de référence est : EMDR France

Indications de la thérapie EMDR

  • Les traumatismes
  • Les souvenirs perturbants
  • Les cauchemars
  • L’anxiété, les attaques de panique
  • Les phobies
  • Les douleurs chroniques
  • Le deuil
  • Les problèmes de somatisation

Conseil n°3 pour choisir son « psy »: Faire confiance à son ressenti lors des premières consultations

Faire confiance à son ressenti lors des premiers rdv est important. Chaque « psy » est unique. Chaque « psy » a un style, une attitude, une personnalité… et il a été prouvé que cela influence autant, si ce n’est plus, les résultats thérapeutiques, que la thérapie elle-même.

Vous sentez-vous: écouté? regardé? entendu? compris? Le thérapeute cherche t-il à vous comprendre, à vous mettre à l’aise?… Cela est essentiel pour choisir son « psy ».

Un lien de confiance va devoir s’établir entre vous deux. Aussi il est important que vous vous sentiez à l’aise. Le lien de confiance va se tisser au cours des séances, il est rarement là d’emblée. Cependant, ce lien de confiance ne pourra pas s’établir si vous ne vous ne vous sentez pas à l’aise, écouté, compris, accepté, non jugé.

Lors des premiers rdv, ou même lors de la prise de rdv par téléphone, vous avez le droit de poser des questions à votre interlocuteur, sur sa formation, ses diplômes, sur les thérapies qu’il pratique, sur le prix des consultations, sur la façon dont il assure sa formation continue (supervision, séminaires d’approfondissement, accréditation…). Ce ne sont, normalement pas, des questions choquantes pour un « psy ». Il devra être à même de vous répondre simplement et sans gêne.

La thérapie basée sur la pleine conscience

Profiter pleinement de l'instant présent en marchant pieds nus dans l'herbe

La thérapie basée sur la pleine conscience repose sur une forme de méditation laïque.

Approche basée sur la gestion des émotions

L’objectif est de développer une plus grande flexibilité de réactions par rapport aux événements extérieurs, mais aussi, aux événements intérieurs (c’est à dire nos pensées, émotions, sensations corporelles). En effet, nous avons tous des automatismes, des pensées automatiques qui déclenchent des émotions et des réactions qui souvent sont erronées, dysfonctionnelles.

Par exemple: vous croisez votre patron dans les couloirs de l’entreprise, il ne vous dit pas bonjour… Vous en déduisez qu’il est contrarié contre vous et qu’il veut vous virer…

La pratique de la pleine conscience aide à vivre les choses avec plus de distance, à être moins impacté. Et donc à pouvoir penser par exemple: « Il ne m’a pas dit bonjour, ce n’est pas agréable, je ne sais pas ce qui s’est passé. »

La thérapie basée sur la pleine conscience permet de:

  • Développer les capacités d’attention
  • Une meilleure gestion des émotions et donc du stress
  • L’acceptation de ce qui est et que l’on ne peut changer
  • La flexibilité cognitive
  • De travailler la prévention des rechutes dépressives

Les indications de la thérapie basée sur la pleine conscience:

L’apprentissage de la méditation de pleine conscience est une étape importante dans ce type de thérapie et nécessite un entrainement quotidien. Cette étape repose sur la pratique de séances de méditations guidées, d’exercices corporels et d’explications.

Ainsi, dans un second temps, cette pratique de la méditation de pleine conscience, va permettre de vivre autrement ses propres difficultés, de s’exposer à sa douleur (douleur d’être soi, douleur liée au travail, douleur liée au fait d’être célibataire etc.) Le fait de s’exposer à la douleur va permettre de la vivre autrement.

Statut de Bouddha en position de méditation. Musée Guimet
Statut de Bouddha en position de méditation. Musée Guimet
Femme très anxieuse, soulise à un stress, un sentiment d'étrangeté et une sensation de vertige

Le traumatisme ou ESPT

Représentation d'une personne qui souffre de traumatisme. Des idées noires encombrent son psychisme

Le traumatisme ou état de stress post-traumatique résulte de situations ou d’événements que notre psychisme ne peut intégrer (« digérer »).

En effet, certains événements de vie, peuvent avoir un impact traumatique et engendrer des symptômes très invalidants.

Plus l’événement est soudain, menaçant, violent, inimaginable, impensable, plus le risque est important que notre psychisme soit « débordé ».

Après un choc très intense (agression, attentat, prise d’otage, harcèlement, violence, maltraitance, catastrophe naturelle, incendie, etc.), il est normal de développer des symptômes particuliers. Cependant, la violence et le caractère impensable de l’événement ne sont pas des caractéristiques toujours présentes. Il arrive que certains événements, en apparence anodins, puissent avoir un impact traumatique.

Notre psychisme a des capacités d’auto-guérison, comme notre corps d’ailleurs. La plus part du temps, le psychisme parvient à intégrer, à « digérer » la situation difficile avec le temps. Toutefois, il arrive que ces capacités soient débordées, et les éléments de la situation difficile ne sont alors pas traités (donc pas rangés). Ceci explique qu’une personne qui souffre de traumatisme, revit les événements comme s’ils avaient eu lieu la veille.

Quels sont les symptômes du traumatisme ?

Femme très anxieuse, soulise à un stress, un sentiment d'étrangeté et une sensation de vertige
  • Des flashs de l’événement (sous forme visuelle ou auditives)
  • De l’anxiété
  • La dépression
  • Une hypersensibilité à tout ce qui se passe
  • De la peur
  • De l’irritabilité
  • Des troubles du sommeil (difficultés à s’endormir, ou réveils nocturnes)
  • Des cauchemars
  • Le sentiment d’être différent
  • Le sentiment que personne ne peut comprendre
  • Etc.

Ces manifestations sont tout à fait normales, compte-tenu du contexte, qui lui, est anormal.

Le psychisme et le corps tentent de s’adapter. Avec le temps, ces symptômes s’estompent petit à petit.

Toutefois, parfois le psychisme ne parvient pas à réguler, à « digérer » et les symptômes s’inscrivent dans le temps. On parle alors d’ESPT (Etat de Stress Post-Traumatique) ou traumatisme au sens psychologique.

Malheureusement, passé quelques semaines ou quelques mois, ces symptômes ne disparaitront plus. Consulter un thérapeute spécialisé sera nécessaire pour traiter le traumatisme.

Quel type de thérapie est adapté ?

D’après les spécialistes 20 à 40% des personnes ayant vécu des événements « hors du commun » vont développer un ESPT. Une aide psychologique adaptée va être alors indispensable.

La thérapie EMDR est particulièrement recommandée par l’OMS (organisation Mondiale de la Santé) et l’HAS (Haute Autorité de Santé en France) pour traiter les traumatismes.

La maltraitance physique et/ou psychologique dans le couple, dans l’enfance, au travail… peuvent également avoir un impact traumatique.

L’EMDR est une psychothérapie adaptée pour traiter tous les types de traumatismes (récent ou ancien).

Sculpure en hommage aux victimes des attentats de Paris et Saint-Denis le 13/11/2015
Bouquet de Tulipes. Jeff KOONS

La thérapie EMDR

Retraitement des informations obtenu par la stimulation des yeux

La thérapie EMDR qu’est-ce que c’est?

La thérapie EMDR est fondée sur des bases scientifiques et neurobiologiques. En 1987, Francine SHAPIRO, psychologue américaine et membre du Research Institude de Palo Alto, a découvert cette approche psychothérapeutique.

A l’origine, on utilisait la thérapie EMDR pour traiter les personnes traumatisées. Les choses ont beaucoup évoluées et la thérapie EMDR est  aujourd’hui, une thérapie émotionnelle très efficace également dans le traitement de l’anxiété, de la dépression, de la confiance en soi…

Le principe de base de la thérapie EMDR est le retraitement de l’information. Le thérapeute stimule ce retraitement de l’information par les mouvements oculaires.

Le terme EMDR signifie en français: intégration neuro-émotionnelle par le traitement adaptatif de l’information.

Quelles sont les indications de la thérapie EMDR?

  • Les traumatismes et les souvenirs perturbants. Cela peut advenir après un attentat, une agression, un braquage, le décès d’un proche, dans un contexte de harcèlement moral, de maltraitance, après la perte de son emploi, un divorce, des humiliations à l’école…
  • Les cauchemars
  • Les flashs de la situation
  • Les douleurs
  • Le deuil
  • L’anxiété
  • La dépression
  • Les phobies
  • Les attaques de panique
  • Les problèmes de somatisation
  • Le manque d’estime de soi
  • Le manque de confiance en soi

Par ailleurs, la thérapie EMDR permet également de travailler sur les croyances négatives, les croyances limitantes que l’on peut avoir sur soi-même.

La thérapie EMDR, comment ça marche?

Le principe de base est la stimulation bilatérale alternée. On active ce type de stimulation par:

  • Le mouvement des yeux (suivre les doigts du thérapeute ou un signal lumineux)
  • Le tapotement des genoux par le thérapeute (taping)
  • Des vibrations dans les mains à l’aide d’un petit appareil

La stimulation bilatérale (le plus souvent par les mouvements oculaires) permet d’activer le système de traitement de l’informationAinsi, les réseaux de mémoire dysfonctionnels peuvent ainsi être travaillés. La relance du traitement des informations va permettre de couper le lien entre le souvenir de l’expérience et l’émotion négative qui y est associée. C’est une nouvelle programmation de l’information, moins chargée émotionnellement.

Pour mieux comprendre la thérapie EMDR

Il existe en chacun de nous un processus naturel de guérison des traumatismes. Notre corps dispose de la capacité de réparer les blessures, à condition qu’elles ne soient pas trop importantes. Et bien, il en est de même pour le mental. Lorsque nous vivons un moment difficile, notre mental va « digérer » les événements pour nous permettre de continuer à fonctionner. Seulement, lorsque la « blessure », la perturbation, ou la difficulté est trop importante, le processus naturel de traitement de l’information est comme débordé. Le système se bloque. C’est ce qui peut se  passer, lors d’un attentat, d’une agression, d’une humiliation, d’un deuil…

Il est à noter que, chaque événement traumatique, mais aussi, douloureux, laisse une trace dans notre psychisme, ainsi que notre corps. Et ce, sous la forme d’un réseau de mémoire « dysfonctionnel ». Les réseaux de mémoire se réactivent à notre insu, dans différentes situations, sans que nous puissions faire une  lien direct. Et là nous sommes alors comme « activé ».

Le mécanisme naturel de guérison des traumatismes, repose sur le retraitement des informations dysfonctionnelles, au moyen d’une simulation bilatérale alternée. L’EMDR via la stimulation bilatérale alternée, permet d’activer le système de traitement de l’information. Les réseaux de mémoires dysfonctionnelles peuvent ainsi être travaillés. Dans la thérapie EMDR on parle de désensibilisation.

On ne changera pas les faits, ce qui s’est produit s’est produit. Mais on obtient une modification progressive des traces émotionnelles laissées par certains évènements. Ainsi, notre regard, notre ressenti concernant ces événements changent et par conséquent, la souffrance diminue.

« On ne peut ni changer, ni effacer le passé, mais on peut définitivement ne plus en souffrir. »

Jacques Roques, Guérir avec l’EMDR

Pourquoi parler n’est pas suffisant pour aller mieux?

Non seulement parler d’un traumatisme psychique n’aide pas à se sentir mieux, mais aggrave la situation. En racontant l’événement traumatique, la personne est replongée dans la situation. Cela lui fait revivre le traumatisme et donc réactive un état émotionnel très fort, sans que cela ne permette un retraitement des informations.

Parler du traumatisme n’est pas traiter le traumatisme. Le traumatisme est autant neurobiologique que psychologique. Les mécanismes en jeu sont inconscients, c’est pourquoi la verbalisation n’est pas appropriée. On ne peut pas parler de ce qui n’est pas conscient. La personne ne trouve pas les mots pour dire ce qu’elle vit. C’est de l’ordre du ressenti, du biologique et non de l’ordre du langage. La thérapie EMDR est émotionnelle, c’est pourquoi elle est particulièrement efficace ici.

Pour en savoir plus sur l’EMDR

Certains événements laissent un impact traumatique. Les traces de ces événements sont stockées dans des réseaux de mémoire. La stimulation bilatérale va permettre aux informations bloquées, de circuler à nouveau. C’est un processus similaire à ce qui se passe dans la phase paradoxale du sommeil (nous bougeons d’ailleurs les yeux de la même façon), les souvenirs sont retravaillés, les informations s’intègrent et perdent peu à peu leur effet de nuisance.

Le fait de bouger les yeux en même temps que l’on fait revenir le souvenir de l’événement, traumatique ou perturbant, permet de maintenir une distance avec l’événement.

Ce n’est pas le souvenir de l’événement qui change, mais son impact émotionnel. On ne changera pas les faits, ce qui s’est produit s’est produit. En revanche, avec la thérapie EMDR on obtient une modification progressive des traces émotionnelles laissées par certains événements. Ainsi, notre regard mais aussi notre ressenti concernant ces événements changent et par conséquent, la souffrance diminue.

Les thérapies comportementales et cognitifs permettent de travailler sur les pensées, les émotions et les comportements. Ce qui paraissait impossible devient possible.

Les thérapies comportementales et cognitives

En quoi les thérapies comportementales et cognitives sont-elles particulières?

Les thérapies comportementales et cognitives, dites TCC, ont la particularité de se centrer sur les difficultés dans « l’ici et maintenant », c’est-à-dire les problèmes concrets que rencontre la personne

Bien que prenant en compte l’histoire de la personne et l’origine des difficultés dans le passé, les thérapies comportementales et cognitives s’intéressent avant tout à la résolution des problèmes actuels, à un mieux-être dans la vis quotidienne.

Par des techniques que le patient apprend à utiliser au cours de sa thérapie, les thérapies comportementales et cognitives, visent à modifier les comportements et les pensées qui sont inadaptés ou source de souffrance.

Le but de ces thérapies n’est pas seulement d’aller mieux, mais et surtout, de changer, d’apprendre à appréhender soi-même, les autres et l’environnement de façon plus épanouissante.

En effet, les thérapies comportementales et cognitives permettent d’explorer la perception de soi-même, des autres et du monde en général, et de déterminer comment le comportement influence les pensées et les émotions (et vice-versa).

Les TCC sont dites actives, dans le sens où le patient aura des exercices à faire entre les séances, à la maison, au restaurant, dans un ascenseur, dans la rue, au travail (en fonction du problème travaillé)… Afin de faciliter, d’accélérer, la mise en place de nouveaux comportements.

Les principes clés des thérapies comportementales et cognitives

En thérapie comportementale et cognitive, les difficultés sont comprises comme étant la conséquence de croyances négatives et de comportements inadaptés. C’est pourquoi, on s’intéresse à la triade: pensée, émotion, comportement.

Il y donc 3 axes d’intervention possibles. Ces axes sont complémentaires.

  1. L’axe cognitif: il concerne les pensées, perceptions, réflexions, interprétations, mais aussi les souvenirs, les images… Concrètement: ce qui se passe dans la tête.
  2. L’axe émotionnel: les émotions (joie, tristesse, colère, peur, anxiété, honte), la souffrance et les sensations physiques…Concrètement: ce que l’on ressent dans son corps.
  3. L’axe comportemental: Les comportements. Concrètement: ce que l’on fait.

De ce fait:

  • Notre comportement induit des émotions, qui elles-mêmes génèrent des pensées
  • Nos émotions vont influer sur notre comportement, ce qui va aussi générer des pensées
  • Nos pensées génèrent des émotions, ce qui va modifier notre comportement
  • Notre comportement génère des pensées et cela modifie nos émotions
  • Nos pensées ont de l’influence sur notre comportement, ce qui modifie nos émotions
  • Nos émotions génèrent des pensées, ce qui a de l’influence sur nos comportements

Autrement dit, notre comportement, nos pensées et nos émotions, sont en interaction tout le temps. Si l’on modifie un élément de la triade, les autres éléments vont évoluer.

Exemples de techniques utilisées

  • Le questionnement socratique
  • La désensibilisation systématique
  • L’exposition
  • L’exposition avec prévention de la réponse
  • La restructuration cognitive
  • Le jeu de rôle L’entraînement aux habiletés sociales
  • La résolution de problème
  • La relaxation

Les indications de la thérapie comportementale et cognitive

  • L’anxiété et les troubles anxieux (crise d’angoisse, attaque de panique, trouble anxieux généralisé, inquiétudes…)
  • Les TOC, les phobies, la phobie sociale (timidité, peur des autres), agoraphobie
  • La dépression
  • Le stress
  • Les troubles du comportement alimentaire (boulimie, vomissements, anorexie, orthoréxie)
  • La souffrance au travail, le burn-out
  • Les difficultés sexuelles
  • Les addictions (alcool, tabac, achats compulsifs, internet…)

Les thérapies comportementales et cognitives peuvent aussi vous aider si vous êtes concerné par:

  • un comportement colérique, impulsif
  • la timidité et la tendance à rester en retrait, une mauvaise opinion de vous-même 
  • l’épuisement professionnel
  • des difficultés à parler en public, un problème d’affirmation de soi, une mauvaise estime de soi

Un exemple pour mieux comprendre:

Suite à une morsure de chien, un enfant peut développer l’idée que les chiens sont méchants (généralisation abusive). De ce fait, il va se méfier des chiens et en avoir peur, puisqu’il a l’idée qu’un chien c’est dangereux.

La mère de cet enfant qui a eu elle même très peur, peut renforcer, sans le vouloir, la peur de son enfant, par des attitudes, des gestes… Cet enfant va commencer à développer des techniques d’évitement, comme par exemple changer de trottoir lorsqu’il y a un chien… Ces évitements vont renforcer sa peur des chiens. Cet enfant peut devenir, des années plus tard, un adulte qui a une phobie des chiens.

En ce confrontant, très progressivement, en imagination dans un premier temps, puis dans le réel, à sa peur et à son ressenti corporel, il aura de moins en moins peur. Ses pensées concernant les chiens et leur méchanceté supposée, commenceront à se modifier. En évitant d’éviter, il prendra conscience de sa capacité à faire face. Petit à petit, il prendra confiance en lui et révisera son jugement: « certains chiens sont méchants ».

En résumé

Il est établi depuis longtemps, que ce ne sont pas les événements en eux-mêmes qui nous perturbent, mais la façon dont nous les percevons. Les émotions que nous ressentons face à l’événement nous sont difficiles à vivre et à accepter.

Avec les TCC nous pouvons apprendre à changer la façon dont nous pensons. C’est ce que l’on nomme la restructuration cognitive. Cela entraine une modification de:

  • ce que nous ressentons
  • la façon dont nous nous percevons et dont nous percevons les autres
  • la manière dont nous envisageons les situations
  • notre comportement

« Ce qui trouble les hommes ce ne sont pas les choses mais les jugements qu’ils portent sur les choses. »

Epictète

Les douleurs chroniques

Migraines chroniques, céphalées de tension

Les douleurs chroniques, plus de 12 millions de personnes en souffrent en France, selon la SFETD (Société Française d’Etude et de Traitement de la douleur).

Elles peuvent être liées à de nombreuses pathologies comme la polyarthrite rhumatoïde, la fibromyalgie, l’endométriose, la sclérose en plaque, le cancer etc. Elles peuvent aussi être liées aux effets des traitements ou aux suites d’une opération.

La prise en charge des douleurs chroniques est complexe. En effet, les douleurs chroniques sont multifactorielles et les manifestations variables d’une personne à l’autre.

Le ressenti de la douleur est subjectif, c’est-à-dire qu’il est propre à chacun. Toutefois, ce ressenti varie avec le stress, les représentations que nous nous faisons de la douleur et/ou de la maladie.

Quel est l’intérêt de consulter un psychologue pour le traitement de la douleur chronique?

Etant donné que la douleur varie en fonction des représentations que nous nous en faisons, un travail sur la façon dont nous voyons et pensons nos douleurs est primordial.

Plus nous nous focalisons sur la douleur, plus nous avons mal. Plus nous ruminons les conséquences négatives de la douleur, plus nous avons mal.

De plus, le stress est une composante essentielle de la douleur. Il réactive la douleur et/ou l’amplifie.

Vous aider à gérer le stress fait partie des missions du psychologue

En effet, le psychologue vous aidera en vous initiant à des techniques efficaces de gestion du stress.

Les techniques efficaces de gestion du stress

  • La relaxation
  • La cohérence cardiaque
  • La méditation de pleine conscience

La prise en charge psychologique va permettre de diminuer les effets psychiques des douleurs chroniques

 Les effets psychiques de la douleur sont:

En effet, avoir mal tous les jours, parfois de façon continuelle, épuise nos ressources mentales, nous « mine le moral ». Les ruminations mentales autour de la douleur, de la maladie vont peu à peu s’accentuer et devenir envahissantes.

La prise en charge psychologique permet de travailler sur l’origine de la douleur, lorsque celle-ci est psychosomatique

Certaines douleurs dont l’origine reste inexpliquée par la médecine, peuvent-être une manifestation somatique d’une souffrance psychique non prise en compte.

Lorsque le psychisme ne parvient pas/plus à élaborer nos difficultés, c’est alors le corps qui met en scène ce qui n’est pas traité. La maladie ou les douleurs apparaissent alors.

L’intérêt de consulter un psychologue est alors d’apprendre à lâcher-prise. Lorsque nous nous focalisons sur un problème, une douleur, nous accentuons le ressenti que nous avons de cette douleur. Autrement dit, nous avons encore plus mal, la douleur finit par prendre toute la place.

Parfois, la douleur est inévitable, lorsqu’elle est liée à une maladie, ou un traitement par exemple. Toutefois, notre regard sur cette douleur peut évoluer et faire que la douleur même si elle persiste, n’est plus ressentie de la même façon.

Quelles sont les thérapies adaptées à la prise en charge de la douleur ?

La thérapie basée sur la pleine conscience

La pratique de la pleine conscience va permettre d’améliorer les capacités d’attention, de diminuer les ruminations autour de la douleur, de diminuer les douleurs chroniques, la tension artérielle, d’élever les défenses immunitaires…

Les ruminations et les anticipations ne font qu’amplifier les douleurs. En méditant on empêche notre psychisme de se focaliser sur les douleurs.

 De plus, s’entrainer à ressentir son corps, en pratiquant le scan-corporel par exemple, va permettre d’arrêter de se focaliser sur la zone douloureuse. Ce faisant la perception de la douleur va se modifier. Comment ? Par la respiration : en l’observant. De plus la respiration abdominale actionne le système parasympathique, ce qui a un effet relaxant.

La thérapie EMDR

La thérapie EMDR est également une thérapie adaptée à la prise en charge de la douleur. En effet, des protocoles spécifiques à la prise en charge de la douleur ont été développés afin de s’adapter à cette problématique particulière.

Les troubles bipolaires

Stress d'une femme souffrant d'un trouble bipolaire

Les troubles bipolaires, c’est quoi au juste ?

Les troubles bipolaires auparavant appelés psychose-maniaco-dépressive touchent 1 à 3% de la population. Et représente la 6è cause de handicap en France. Ils font partie des troubles de l’humeur.  Il s’agit d’une maladie chronique dont la régulation de l’humeur est défaillante, d’où des phases de décompensation.

15% des personnes non traitées vont décéder par suicide, tant la souffrance est importante. Il faut être attentif car le risque suicidaire est majoré en période de crise aigue.

La diminution du temps de sommeil est l’un des symptômes majeur du trouble bipolaire

Les différents troubles de l’humeur :

  • Dépression
  • Cyclothymie
  • Trouble bipolaire de type 1
  • Trouble bipolaire de type 2

Les troubles bipolaires correspondent à un trouble récurrent de l’humeur, où des phases « d’excitation » (manie ou hypomanie) alternent avec des baisses importantes de l’humeur (dépression). De plus, le ressenti des émotions est exacerbé dans certaines situations, c’est-à-dire que la personne va ressentir les émotions plus fortement que la plupart des gens. 

En phase d’excitation la pensée s’accélère, ce qui donne un sentiment de toute puissance et d’invulnérabilité.

Ces phases peuvent basculer de l’une à l’autre plus ou moins rapidement et sont entrecoupées de périodes de « rémission », elles aussi plus ou moins longues. Ceci explique en partie les erreurs de diagnostic. En effet, suivant la phase durant laquelle le patient consulte, le trouble bipolaire est souvent confondu avec une dépression.

Or, il s’agit ici d’une maladie chronique, qui nécessite un traitement médicamenteux adapté (à base de lithium le plus souvent), différent de celui de la dépression (antidépresseurs).

Les troubles bipolaires peuvent prendre plusieurs formes

  • La cyclothymie
  • Le trouble bipolaire de type 1
  • Le trouble bipolaire de type 2

La cyclothymie

La cyclothymie se caractérise par des changements d’humeur incontrôlables, d’une intensité importante ainsi qu’une grande sensibilité aux émotions. Ces changements d’humeur oscillent entre la dépression et l’hypomanie (sur des périodes courtes). Ces changements d’humeur intenses sont difficiles à vivre et peuvent contribuer à l’émergence d’autres difficultés. Par exemple, des troubles anxieux, de fortes alcoolisations, un manque de confiance en soi, de la dépendance effective peuvent se surajouter.

Le trouble bipolaire de type 1

Le trouble bipolaire de type 1 (psychose-maniaco-dépressive d’autrefois) touche environ 1% de la population. Cette forme du trouble bipolaire se caractérise par des phases de dépression intenses qui alternent avec des phases dites maniaques. Parfois ces phases sont entrecoupées de période sans trouble de l’humeur.

50% de ces personnes présente des éléments psychotiques, des éléments délirants dans les périodes de crise.

Le trouble bipolaire de type 2

Le trouble bipolaire de type 2, présente les mêmes phases avec une intensité moindre. Les phases « hautes » ne sont plus maniaques mais hypomaniaques.

Cela signifie que les états d’excitation sont moins sévères. Il s’agit là d’une  hyperactivité, qui correspond à une exaltation émotionnelle ainsi qu’un grand sentiment d’énergie.

La dépression des phases « basses » est moins intense. La durée des phases et plus courtes et la personne n’est pas complétement déconnectée de la réalité (ce qui peut être le cas dans le type 1).

Il s’agit ici de troubles chroniques qui nécessitent une prise en charge médicamenteuse adaptée et un suivi psychologique.

Quels sont les moyens de prise en charge adaptés pour les troubles bipolaires ?

La prise en charge par un psychiatre est indispensable

Il s’agit ici d’une maladie chronique qui va nécessiter un traitement médicamenteux bien adapté. En phase aiguë l’hospitalisation est parfois nécessaire.

En effet, le risque suicidaire est important chez les personnes souffrant d’un trouble bipolaire.

Les médicaments thymorégulateurs (régulateurs de l’humeur) permettent de réduire la fréquence, l’intensité et la durée des épisodes et d’améliorer également la qualité de vie. Le plus souvent ces traitements sont à base de lithium.

Que va apporter le suivi psychologique ?

Dans un premier temps l’accompagnement psychologique va permettre de faire un travail de psychoéducation.  Le patient a besoin de connaître et de comprendre sa maladie pour apprendre à vivre avec et en souffrir moins.

Il va ainsi apprendre à reconnaître les changements de phases et à en diminuer l’intensité.

Dans un second temps, la thérapie permettra de restaurer l’estime de soi, d’améliorer la confiance en soi et de travailler sur les croyances profondes que la personne a développé sur elle même, le monde et les  autres.

Le but étant que la personne atteinte d’un trouble bipolaire apprenne à mieux gérer les crises ainsi que les relations avec  les autres..

Pourquoi la thérapie comportementale et cognitive  est adaptée?

Les thérapies comportementales et cognitives vont permettre:

  • un travail de psychoéducation sur la maladie
  • la prévention des phases dépressives (en travaillant sur les pensées négatives et dévalorisantes)
  • un travail sur l’anxiété
  • la restauration de l’estime de soi et de la confiance en soi
  • l’amélioration de la communication
  • une simplification des relations

La dépression

Femme en dépression. Perdue dans ses pensées et à l'humeur triste. Dévalorisation de soi

La dépression fait partie des troubles les plus fréquents.

D’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), d’ici 2020, la dépression deviendra la 2ème cause d’invalidité dans le monde.

La dépression est un trouble de l’humeur qui touche 3 millions de personnes en France. C’est-à-dire que statistiquement 1/5 personne fera un épisode dépressif au cours de sa vie.

La dépression affecte l’humeur, les pensées, le comportement et aussi le corps.

Qu’est-ce que c’est au juste ?

Cette maladie se caractérise par une grande tristesse, un manque de motivation, un ralentissement psychique.

Des troubles du sommeil y sont associés : des réveils nocturnes avec incapacité de se rendormir, ou à l’inverse une hypersomnie (la personne se réfugie dans le sommeil).

Le comportement alimentaire est souvent perturbé également. La personne a du mal à manger, ou à l’inverse, elle mange davantage et grignote beaucoup.

On constate une baisse du désir et notamment du désir sexuel.

Les fonctions cognitives sont également impactées : difficultés à prendre des décisions, oublis, manque d’attention…

Dévalorisation de soi, la personne atteinte de dépression a l’impression de ne pas/plus avoir de valeur. Elle aura alors des pensées négatives sur elle-même, comme par exemple :

« De toute façon, je suis nulle », « Je ne vaux rien », « Je n’y arriverai pas », « Je ne suis pas intéressante »…

Le corps est lui aussi souvent impacté. Le mal de dos, les maux de tête, les maux de ventre … peuvent être des symptômes associés à une dépression.

Toutefois, le terme de dépression est parfois utilisé à tort, pour désigner un état que nous connaissons tous et qui n’a rien de pathologique: la déprime.

Dépression et déprime, comment faire la différence ?

La déprime se caractérise par une humeur basse, un manque de motivation, une perte d’enthousiasme, consécutive à un événement particulier, une déception.

Il s’agit ici d’une baisse de l’humeur temporaire, qui va se réguler spontanément. En effet, les variations de l’humeur sont normales au cours d’une journée, au cours d’une semaine.

Cependant, quand ces variations sont fréquentes sans raison apparente, il peut être intéressant de faire le point avec un professionnel.

Les critères diagnostics de la dépression (DSM-V) :

La dépression répond à des critères diagnostics précis. Ces critères sont définis par le DSM-V, qui stipule qu’au moins 5 des critères suivant doivent être présents, sur une période consécutive d’au moins 2 semaines.

  • 1. Une humeur triste une grande partie de la journée
  • 2. Baisse de l’intérêt ou du plaisir pour les activités précédemment investies
  • 3. Perte ou augmentation du poids, perte ou augmentation de l’appétit
  • 4. Insomnie ou hypersomnie
  • 5. Agitation ou ralentissement psychomoteur
  • 6. Fatigue intense ou perte d’énergie
  • 7. Sentiment de dévalorisation, culpabilité
  • 8. Ralentissement psychique (difficulté à penser, à prendre des décisions…)
  • 9. Pensées de mort récurrentes, idées suicidaires

Quand et pourquoi consulter?

A partir du moment où vous avez la sensation de ne pas vous en sortir seul, cela signifie que vous avez besoin d’une aide extérieure. Lorsque la souffrance est importante, cela signifie également que vos stratégies pour aller bien sont épuisées ou inefficaces dans cette situation. Il est nécessaire d’apprendre de nouvelles stratégies et c’est le rôle du thérapeute de vous y aider.

La dépression est une maladie, cela signifie que cela se soigne, au même titre qu’un ulcère à l’estomac par exemple. Une dépression non soignée aura tendance à se chroniciser.

Qui consulter?

Plusieurs options s’offrent à vous. La voie médicamenteuse et/ou la voie thérapeutique. Cela peut être un choix si l’intensité de la dépression n’est pas trop forte.

Si l’intensité de la dépression est forte, il pourra être nécessaire de suivre un traitement antidépresseur. Le spécialiste en l’occurrence est le psychiatre. Il sera à même de faire un diagnostic et de vous prescrire un traitement antidépresseur adapté (les antidépresseurs sont nombreux, il faut trouver le bon).

Toutefois, il est important de souligner que le traitement médicamenteux ne traite pas les causes de la dépression.

Le psychologue lui vous aidera à comprendre le ou les mécanismes qui ont conduit à la dépression. Et surtout il vous apprendra de nouvelles stratégies pour faire face aux difficultés.

Quelles sont les thérapies adaptées?

Les thérapies comportementales et cognitives

L’EMDR

La thérapie des schémas

La thérapie basée sur la pleine conscience